Page d'accueil

„Penne“ Le Bahut

DeutschFrançais

„Penne“ Le Bahut

maison des „Nagel“

2011

La maison nommée aujourd’hui « Penne »(le bahut) est la plus ancienne des maisons conservées dans le vieux Wipperfürth.. L’épigraphe (1699) se situe au-dessus de la

porte d’entrée dans un vitrail ovale. Lors de l’incendie catastrophique, le deuxième jour de Noël 1780, qui détruisit toutes les maisons sans exception côté Sud de la place du marché, elle fut touchée également par les flammes. Cependant grâce à son enceinte très massive, elle échappa à la destruction totale.

La façade trahit son grand âge : Contrairement à la maison voisine construite en 1782, il n’y a pas encore ici de division symétrique formée par l’axe des fenêtres. Le vitrail déjà mentionné, rappelle fortement la porte d’entrée de l’aile Ouest du cloître franciscain, construit en 1673.

A l’époque de son édification, c’était certainement la plus grande des maisons de la place du marché. Aujourd’hui, elle fait plutôt petite près de l’Ancienne Maison Municipale et de la maison des « Reinshagen ».

 

Autrefois la « Penne » était connue sous le nom de Maison des « Nagel ». Pour cette raison, on en a déduit qu’elle aurait été construite comme hôtel de ville des châtelains de « Nagelsgaul ». Ceci n’est pas prouvé. A partir de 1750 environ y habitèrent Jean Guillaume de Nagel et sa femme Marie Adelhaïde, fille du conseiller de la cour de Mülheim et petite fille du maire « Helling » de Wipperfürth. Jean Guillaume de Nagel ne fut jamais châtelain de Nagelsgaul et n’y a pas grandi non plus. Il a pu éventuellement acheter la maison à la veuve de son demi-frère qui résidait là. La ferme Nagelsbüchel a pris le nom de Jean Guillaume et de sa femme Maria Adelhaïde. Elle en était l’héritière par sa mère. La ville de Wipperfürth lui est redevable d’une donation permettant aux enfants pauvres d’aller à l’école. Le couple est inhumé devant l’autel de l’église du cloître (« Klosterkirche »).

 

Depuis 1870, on peut prouver que la maison des Nagel est occupée à des fins gastronomiques.

La dénomination « Penne » n’etait alors pas actuelle. Dans un guide de 1922, on lit « Auberge du berceau natal ». En 1980 le restaurateur Jonny Johnen a remis la maison en état et depuis il s’agit du bar-restaurant le plus apprécié de la ville.

 

env. 1900
env. 1910

Source: Heimat- und Geschichtsverein Wipperfürth, Erich Kahl
Traduction: Marie-Claude Danzeglocke
Audioguide: lu par des élèves du lycée St.Angela


Bosbach IT-Services